MARS

17 août 2015 · Ils sont venus

Compagnie KOBAL’T
Adaptation et mise en scène : Mathieu Boisliveau

Les Fossés Rouges accueillent la compagnie Kobal’t

MARS d’après Fritz Zorn
Adaptation et mise en scène : Mathieu Boisliveau
Création lumières : Claire Gondrexon
Avec : Thibault Perrenoud

Le 26 mai au Point Éphémère – Paris
Création les 9, 10 et 11 octobre au Théâtre de Vanves

www.kobal-t.com

Notre fiction part d’une invitation. Fritz Zorn aurait convié des gens qu’il aurait côtoyé, de près ou de loin, de l’enfance à sa trentaine d’aujourd’hui. Fritz Zorn se meurt. En guise d’adieu, comme avant une exécution, il offre sa dernière prise de parole publique, parole qui précèdera le silence qui convient au départ des hommes seuls. Vous public, êtes convoqués à l’oraison funèbre orchestrée par un vivant. Un homme seul, face à la mort, s’ouvre, se regarde et s’exprime avec la volonté d’atteindre la clarté en passant par le feu. Tel un acteur devant un rôle, Zorn plonge en lui, cherche les nœuds, refait son trajet pour comprendre, pour savoir par où cela passe et enfin, pour dire. Faire de sa mort une œuvre d’art. Mars est l’histoire d’une névrose. C’est l’écriture d’une biographie à vue. Avec l’humour, qu’il pose en rempart le plus solide face à la mort, il dissèque le monde, fouille et remue la putrescence immonde qui se cache derrière les façades d’une société aseptisée. L’âme à nu, blessée, l’homme « se déclare en état de guerre totale. » Et il n’épargnera personne dans ce jeu de la vérité car sa tâche est de se délivrer du tourment écrasant de son passé. « Je ne veux pas transformer ce récit en un traité politique, il me manque pour cela les connaissances nécessaires aussi bien que le goût. Je voudrais au contraire m’en tenir à mes souvenirs personnels, même si j’ai conscience que ce cas personnel qui est le mien n’est pas seulement un cas isolé, que c’est une histoire représentative et générale, qui peut en illustrer bien d’autres. Pour cette raison, peut-être, aussi une question politique. »